ePEP

ePEP: Plan d’Education Personnalisé Electronique

Evaluation de la consultation para médicale en télémédecine chez des diabétiques de type 1

Evaluer sur 6 mois, la faisabilité d’une délégation de tâches formalisée autour d’un plan d’éducation personnalisé (PEP) électronique, pour le suivi de patients diabétiques sous schéma basal-bolus,équipés du carnet électronique DIABEO.

L’article 51 du 21 juillet 2009, de la loi HPST, autorise l’intervention de paramédicaux pour renforcer le suivi des patients selon un protocole de coopération interprofessionnel définissant les rôles des médecins et des infirmiers. La télémédecine qui est un acte médical pratiqué à distance, utilise les technologies de l’information et de la communication et permet de maintenir un lien avec les soignants entre 2 consultations conventionnelles avec le diabétologue. Il était donc intéressant d’évaluer la mise en place d’une délégation d’actes à des infirmiers formés à l’ajustement des doses d’insuline, à la gestion des hypoglycémies et des hyperglycémies et au soutien motivationnel de patients diabétiques traités par insuline.

Une condition essentielle au succès

La création du logiciel ePEP, reprenant les actes infirmiers d’éducation thérapeutique, se structurant de la manière suivante :

Une équipe composée

  • Une visite d’initiation
  • Le télésuivi comprenant la télésurveillance (analyse du carnet de glycémies électronique) et les appels téléphoniques réalisés entre l’infirmier et le patient, en cas d’alerte définie sur les évènements hyperglycémiques et/ou hypoglycémiques ou en cas de besoin.

 

Le protocole

Les 54 patients suivis dans 10 centres de diabétologie (DT1 96%, H 39%, pompe 54%, âge 39±12ans, ancienneté du diabète 18±15ans, HbA1c initiale 8,0±1,3%) qui ont bénéficié du suivi infirmier (16 télésurveillances/patient), n’ont eu que 42 consultations (CS) médicales pendant l’étude (0,8CS/patient) et 11 téléconsultations. Deux seulement ont été hospitalisés pour déséquilibre glycémique. Au plan métabolique, l’HbA1c ne s’est pas détériorée ; l’incidence des hypoglycémies sévères s’est avérée extrêmement faible (2 au total), aucune n’ayant entraîné d’hospitalisation. Les patients ont semblé satisfaits de cette modalité de suivi (taux de satisfaction moyen mesuré par questionnaire DQOL : +2,5 points en fin d’étude).

Les résultats

La coopération interprofessionnelle médecin/infirmier formalisée à travers un PEP électronique, couplé à un carnet électronique de type DIABEO, s’est avérée non seulement faisable mais aussi efficace pour le maintien de l’équilibre glycémique sur du long terme sans augmentation des hypoglycémies et sans passage aux urgences, avec économie de temps médical spécialisé et satisfaction des patients.