Soins ambulatoires

Structure de soins ambulatoires

En France environ 150 000 personnes sont touchées par le diabète
de type1, et 15000 sont traitées par une pompe à insuline.

Prestations

Le traitement par pompe à insuline exteme est utilisé en France depuis Ie début des années 1980. L’augmentation du nombre de patients traités par pompe à insuline portable est un phénomène mondial. Bien que les chiffres varient selon les pays, ils ont doublé en trois ans aux Etats-Unis, en Hollande, en Italie et même en France.
La pompe peut administrer l’insuline en quantités très petites mais continues, variables selon les moments de la journée et de façon très précise. Elle est un instrument fiable, qui effectue un certain nombre de contrôles internes. Si la pompe détecte une anomalie dans son fonctionnement, elle arrête la perfusion d’insuline et émet une alarme.

La pompe permet une adaptation du traitement insulinique en permanence tout au long de la journée: adapter et modifier le débit de base en prévision des activités ou des impondérables de la vie .

Les bénéfices du traitement sont importants en terme clinique :

  • amélioration de l’équilibre métabolique (glycémies et HbA1c)
  • diminution de la fréquence et de la sévérité des malaises hypoglycémiques
  • réduction de l’écart entre les glycémies hautes et basses
  • Mais aussi en terme de qualité de vie: 1 changement de cathéter tous les 3 jours au lieu de 4 ou 5 injections par jour, c’est moins de contrainte horaire, une vie sociale plus aisée.

Ce traitement s’adresse à qui ?

La prise en charge est assurée pour le diabète de type 1 et/ ou de type 2 déjà traité par insuline ne pouvant plus être équilibré par une insulinothérapie par multi-injections sous-cutanées d’insuline.
La prescription initiale d’une pompe à insuline externe, portable et programmable doit être réalisée dans un centre initiateur adulte ou pédiatrique, pour l’enfant .

Rôle du centre référent

Un centre initiateur pour adultes doit s’appuyer sur :

  • Une équipe multiprofessionnelle formée à la prise en charge intensive du diabète, notamment à l’éducation thérapeutique et au traitement par pompe à insuline externe
  • Elle est composée au minimum de deux médecins spécialistes en endocrinologie et métabolismes, d’une infirmière et d’une diététicienne.
  • L’équipe doit participer au moins une fois par an à une formation continue sur les pompes.
  • Au moins 10 débuts de traitements par pompe par an et au moins 25 patients suivis régulièrement après trois ans de fonctionnement

Mode de fonctionnement du centre initiateur

Il doit assurer :

  • Une astreinte médicale 24 h/24 .
  • Le centre doit disposer, en interne ou à proximité, d’une structure d’accueil des urgences diabétologiques.
  • Un programme structuré d’éducation concernant les pompes est élaboré et écrit, ainsi que des documents d’évaluation et de synthèse.
  • Des documents écrits concernant les différents aspects de l’éducation au traitement et les remettre au patient (notamment en ce qui concerne la conduite à tenir en cas d’incident et le schéma de remplacement, ainsi que la conduite à tenir lors des astreintes de son centre).

Comment initier un traitement ?

  • La prescription doit être écrite pour un maximum de 6 mois.
  • Le renouvellement de la prescription: doit être réalisé pour au maximum 6 mois.
  • La prescription doit être écrite par un médecin spécialiste en endocrinologie et métabolisme ou titulaire de la compétence ordinale en endocrinologie et métabolisme ou un médecin titulaire de la compétence ordinale en diabétologie et nutrition travaillant en concertation avec le centre initiateur.
  • Chez les enfants, ce renouvellement sera effectué par un pédiatre expérimenté en diabétologie du centre initiateur pédiatrique ou d’une structure pédiatrique travaillant en concertation avec le centre initiateur pédiatrique.

L’ordonnance

Elle doit comporter :

  • la marque et le modèle de la pompe
  • la marque et le modèle de consommables (cathéters,réservoirs,canules) et le nombre nécessaires par mois.

Le prescripteur doit s’assurer de la compatibilité des consommables avec la pompe prescrite telle que attestée par le marquage CE.

Mise en place du traitement

L’initiation au traitement requiert une formation intensive du patient en hospitalisation.
Une réévaluation de l’opportunité de la poursuite du traitement doit être faite tous les ans dans un centre initiateur.
Toute prescription pour un changement de pompe, à l’achat ou à la location, doit être faite dans un centre initiateur.
Ce changement ne peut pas intervenir avant 4 ans sans préjudice des dispositions de l’article R. 165-24 du Code de la Sécurité Sociale

Rôle du prestataire

  • Présenter et assurer la formation technique du patient, à la demande du centre initiateur, de toutes les pompes prescrites par celui-ci.
  • Livrer le matériel et les consommables, la fourniture de la notice d’utilisation du matériel et d’un livret patient comprenant les coordonnées du prestataire.
  • Respecter les règles de matériovigilance.
  • Etablir des procédures internes écrites.
  • Assurer La formation technique (initiale et continue) du patient.
  • Assurer l’astreinte 24h/24,7j/7j,365j/365j qui doit être réalisée par un intervenant infirmier.
  • L’intervenant doit être formé à l’insulinothérapie ou “environnement médical” (formation validée par des experts cliniciens).
  • L’intervenant doit être formé techniquement aux pompes à insuline par les fabricants.
  • L’intervenant doit participer au moins une fois par an à une formation continue sur les pompes.
  • L’intervenant doit pour la maintenance et la réparation du matériel répondre à la demande dans les 12 h.
  • En cas d’impossibilité de réparation dans les 24 heures, la fourniture d’un système actif de remplacement disposant des mêmes fonctions que le matériel initial.
  • Assurer un retour écrit des évaluations au centre initiateur et au patient.
  • Réajuster à 3 mois puis tous les 6 mois l’éducation au matériel.
  • Le patient est libre de choisir son prestataire.
  • Le patient est libre de choisir son matériel, l’équipe pluridiscilplinaire peut préconiser.

Rôle du CERITD

L’art. 51 de la loi HPST :

  • Etend le principe des coopérations entre professionnels de santé en les sortant du cadre expérimental et en supprimant la notion de durée
  • Permet aux personnels de santé de déroger à leur condition légale d’exercice par le transfert d’actes ou d’activité de soins d’un corps de métier à un autre ou par la réorganisation de leur mode d’intervention auprès du patient
Le CERITD a déposé en date du 17 Novembre 2011, un protocole de coopération intitulé « Prise en charge par l’infirmier des diabétiques insulinotraités par pompe à insuline externe selon un Plan d’Education Personnalisé Electronique (ePEP) avec prescriptions et soins de premier recours en lieu et place du médecin»
Le CERITD a réorganisé la prise en charge du patient sous pompe à Insuline externe par une équipe pluridisciplinaire à sa sortie de l’hôpital afin de lui éviter entre deux consultations médicales:
  • Une rupture du suivi
  • Un médecin généraliste non formé aux schémas complexes du diabète insulinotraité
  • Un suivi médical chronophage
  • Un patient seul à lutter contre son instabilité glycémique face à la gestion de ces schémas complexes
Le CERITD a mis en place un suivi de proximité par des infirmiers autorisés aux actes dérogatoires pour améliorer l’équilibre glycémique grâce:
  • à l’adaptation de doses d’insuline
  • au soutien motivationnel
Ils sont disponibles 24h/24, 7j/7, 365j/365, n’hésitez pas à les contacter au 06 17 58 55 44.
Schéma

Améliorer la qualité de vie de nos patients est pour nous un combat quotidien, les objectifs de ce protocole de coopération sont :

  • Eviter la rupture de suivi
  • Coordonner les soins entre l’hôpital, la ville et le domicil
  • Aider le patient à une meilleure observance de son traitement
  • Réduire les délais entre 2 consultations médicales
  • Faire intervenir le médecin à bon escient dans son rôle d’expert.
  • Eviter les accidents métabolique aigus (hypoglycémies sévères ou acidocétoses)
  • Repousser les complications chroniques du diabète
  • Identifier les incidents/accidents métaboliques très en amont,
  • Les traiter immédiatement
  • Limiter le nombre de patients perdus de vue
  • Assurer un meilleur équilibre glycémique par une éducation renforcée
  • Augmenter le partage des informations autour du dossier patient
  • Renforcer le suivi des patients dit en difficulté
  • Renforcer l’éducation thérapeutique adaptée à la vraie vie
  • Réduire les déplacements et les frais de transport
  • Repousser les périodes de démotivation et d’abandon du traitement
  • Réduire les arrêts de travail
  • Réduire les passage aux urgences
  • Réduire les hospitalisation

Nos infirmiers

Odette Boscus

Infirmière

01 64 96 91 97
01 64 96 87 27

Ils sont disponibles 24h/24, 7j/7, 365j/365,
n’hésitez pas à les contacter au 06 17 58 55 44

JULIE DUMONT

Infirmière

01 64 96 91 97
01 64 96 87 27

CECILIA SANTOS

Diététicienne

01 64 96 87 29